Zingara

Il neige à Séville

Samedi 16 février 2013 à 10:24

 Bon, enfin les vacances ! 
Vais pouvoir m'en aller un peu skier :) Et donc je vais un peu délaisser ma petite cabane pour voir un autre ailleurs. Je fais mes sacs. 
Je reviendrai aux alentours du 1er Mars, peut-être avant, peut-être après. Qui sait ? 

J'adore le ski. ça va me faire du bien de me secouer un peu, je m'engourdi un peu trop cet hiver. 
Je vais essayer de percevoir et d'équilibrer les mouvements, mouvement intérieur et mouvement du corps. Comme je l'ai dit, j'ai cette fâcheuse tendance à absolument tout intellectualiser, je vais donc tenter, par le biais de ce sport que j'adore, de me libérer de cette tendance infiniment castratrice au théâtre.
Le ski sera une tentative. D'être absolument, corps et âme dans le moment présent, de laisser parler mon corps, mes intuitions, mes sensations. Débrancher le cerveau, laisser agir le corps et l'âme en parfaite harmonie dans l'espace.

Pas dit que j'y arrive, m'enfin on verra. Vais essayer de pas me prendre la tête. 

En plus je vais la voir, elle.
Et elle -on en reparlera- je l'aime passionnément. J'ai hâte. 

Désintellectualiser. Etre moi-même. Faire parler le corps

Voilà mon mot d'ordre. 
 
 

***
Hier, au lycée, nous avons eu une conférence sur l'oeuvre d'un musicien américain, John Cage. Il a étudié tout au long de sa vie la place du silence dans la musique et a cherché à le réhabiliter dans la musique occidentale avec des oeuvres bizarres en tirant au sort les sons. 
Assez intéressant, mais j'ai surtout relever l'idée que dans la présence et la concentration absolue, l'ego de l'interprète disparaissait. Au début ça m'a semblé paradoxal mais en fait absolument pas. C'est la présence absolu de son corps en son corps et de son âme en son âme en son corps que l'on transcende sa présence, son "je". Dans cette intense concentration, le "je" fini par se taire et la magie pourrait commencer à opérer. Je vais mettre en pratique, je vais essayer. Peut être me tromper mais c'est l'essai qui est important. Tant mieux si je me trompe, il faut que j'accepte de voir lorsque je me trompe pour recommencer, essayer encore. Je ne dois pas avoir peur d'essayer. 
Dans l'extrême présence sensuelle à mon corps par le ski, la danse, le jeu, l'intellect s'en irait enfin ? 
On va essayer ça.
Vous allez me dire qu'en écrivant cela je sur-intellectualise. Certes. D'autres se contenterait là aussi de simplement ressentir, être spontané, le faire. Mais ma spontanéité contient véritablement de l'intellectualisation donc mon seul moyen de m'en détacher c'est d'intellectualiser à l'avance, de penser à l'avance et de mettre en pratique ensuite. Intellectualiser, vous l'aurez compris, est une protection. 

Bref. Intellectualiser pour être moins seule peut-être. 
ou imaginer pour être moins seule ? 

On va faire taire la voix et vivre simplement. 
 
***

C'est dans la contrainte que l'on trouve sa liberté, diminuer le libre-arbitre pour le retrouver ensuite, pour le savourer ensuite. 
Je vais skier tous les jours, je me suis fait un planning. Je vais me bouger l'esprit et le corps. 
C'est dans la contrainte que l'on se déshinibe, que l'on se libère.

Le faire, sans d'autre but que le faire. La fin du Pourquoi du Comment. 

Voilà tout. Passez de bonnes semaines.
Je vous mettrai quelques photos de ces paysages magnifiques. 

Par MarquiSe le Samedi 16 février 2013 à 14:17
Hâte de voir tes photos et bon ski surtout :)
Par http://www.antiquites-carrau.fr le Lundi 25 juillet 2016 à 10:58
Intellectualiser, vous l'aurez compris, est une protection.
Par asics pas cher le Lundi 10 octobre 2016 à 9:28
Aujourd'hui je vais être heureuse. Malgré la pluie, malgré lui.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://zingara.cowblog.fr/trackback/3230562

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast